I  Des siècles d'histoire  I

             Quatrième partie      En 1422 le Razès passe aux mains des Hautpoul

  armes-hautpoul.jpg    
   
   Le comté de Razès passe le 3 juin 1422 à la maison d'Hautpoul, par le contrat de mariage de Pierre-Raymond d'Hautpoul, chevalier, coseigneur et baron d'Hautpoul et de Blanche de Marquefaves, fille de Jacques, baron de Rennes et de Jeanne de Montesquieu, descendante de Pierre II de Voisins à qui le Razès avait été inféodé en 1230.
    Il prend dés lors le titre de Seigneur d'Aussillon et Baron de Rennes, et apporte les armes des Hautpoul (d'or à 2 faces de gueules, accompagnées de six coqs de sale, la patte droite levée et bardée de gueules et posés en trois, deux, un, avec support deux lévriers).
   C'est à cette époque que les Hautpoul quittèrent leur château, pour venir s'installer au château seigneurial de Rennes et ainsi fonder la branche des "Hautpoul de Rennes".
    Les Hautpoul de Rennes, qui représentaient la branche aînée, furent moins avantagés financièrement. Leurs archives ayant probablement disparues lors d'un incendie qui ravagea leur demeure en 1212, (à la fin du XVIIIe siècle on put néanmoins remonter assez loin pour justifier la possession des fiefs depuis le XIe siècle).      
   En 1640, Blaise d'Hautpoul (1610-1694), chevalier, baron d'Hautpoul et de Rennes, qui est maintenu dans sa noblesse par jugement souverain du 4 janvier 1669, dernier descendant d'Armand Raymond épouse Lucrèce du Vivier de Lansac. De cette union ils eurent   huit garçons et deux filles):

    Henry (1642-1695) - Charles Etienne - Louis - Jean Antoine - François (1652-1696) – Joseph -  Blaise II  –Hyacinthe (1660-1750) – 

   Anne Marie d'Hautpoul épouse noble Jean de Lévis, coseigneur et baron d'Ajac. Jeanne Marie Demoiselle d'Aussillon  épouse en 1692 noble Gabriel des Innocens

    Pierre d'Hautpoul fit un dénombrement des terres qu'il possédait dans l'ancien comte de Razés qui comprenaient plusieurs communes presque contiguës les unes aux autres, Rennes, le Bézu, St Just, les Bains, Montferrand et Granès.  
   La seigneurie de Rennes était limitée d'un côté, par les villages d'Arques et de Couiza, appartenant au marquis de Rébé, et de l'autre, par les communes de Bugarach, Coustaussa et Caderonne, restées entre les mains des Montesquieu.
    Le père de Blaise d'Hautpoul avait cédé aux seigneurs de St Julia une certaine étendue de terre, et pour établir la suzeraineté de sa famille sur ce sol, les seigneurs de St Julia prirent l'engagement de fournir à ceux de Rennes "une paire de gants chaque fois que cette dernière baronnie changerait de maître". Ce n'était là qu'un acte de vasselage destiné à maintenir à chaque famille seigneuriale le rang qui lui appartenait dans la hiérarchie féodale.
    Les Hautpoul de Rennes ne relevaient que du Roi, et en reconnaissance des fiefs dont ils jouissaient, les héritiers étaient tenus, à leur tour de rendre hommage à chaque monarque qui montait sur le trône et de le servir à la guerre lorsqu'ils en étaient requis. 
     Les droits et pouvoirs exercés dans l'étendue de leur seigneurie étaient : la haute, la moyenne et la basse justice, ainsi que tous les droits utiles qui dépendaient de la justice : amendes, confiscations, droits de sang, droit de déshérence et d’épave, droit de pêche et de chasse, mais aussi des droits honorifiques tels que autoriser les danses.
   Ils nommaient, dans chaque commune qui leur était soumise, le viguier, le juge, le consul. Après leur nomination chacun prêtait serment de fidélité entre les mains du seigneur ou de ses officiers. 
 Dans les communes administrées par les consuls, les habitants avaient le droit de faire paître leurs bestiaux, grands et petits, sur le terres du seigneur, le droit de couper le bois qui leur était nécessaire pour les constructions et pour leur chauffage dans les forêts seigneuriales, mais toute vente de ce produit était interdite. Déjà, s'était instauré un régime communal qui sera organisé dans plusieurs bourgades du Razés.

                  Cinq siècles de noblesse héréditaire
     Le 5 novembre 1732, Me Siau, notaire de la baronnie de Rennes, reçoit le contrat de mariage de Messire François d'Haupoul, chevalier, marquis de Blanchefort, baron de Rennes, Seigneur de Saint-Just-Niort (la part principale de cette seigneurie lui étant apportée par son épouse) le Bézu, les Bains, Granés et autres places. 
    Le 17 novembre 1732, François d'Hautpoul, fils de Henry d'Hautpoul- coseigneur d'Aussillon, baron d'Hautpoul et de Rennes, Marquis de Blanchefort, capitaine à Royal-Artillerie, et de Marie du Puy de Vatan épouse Marie de Nègre d'Able (1713-1781), Dame de Niort  et de Roquefeuil, fille de François de Négre d'Able de Niort, ancien capitaine dans le régiment d'Orléanais (décédé en 1726) et de Toinette de Gaychier (décédée en 1724). 

    Ils eurent 4 enfants : Joseph d’Hautpoul - Marie d’Aussillon - Elisabeth de Rennes - Gabrielle de Blanchefort.

 -      Marie d’Aussillon ou Marie d'Hautpoul de Rennes (1733-1781)

     Le 25 septembre 1752, en l’église de Rennes, Monseigneur François de Bocaud, évêque et comte d’Alet, célèbre le mariage de Marie d’Hautpoul de Rennes avec son cousin Joseph-Marie d’Hautpoul-Félines, marquis d’Hautpoul ( 1723-1781), fils aîné de Jean Antoine Marquis d’Hautpoul-Félines et de feu dame Catherine de Bermond de Caylar.  
   La veille de la cérémonie, on avait signé, au château de Rennes, le contrat de mariage. La future épouse était assistée par son père, sa mère, sa tante Marie-Anne d’Hautpoul d’Aussillon, sa tante Madeleine de Forcade, épouse de Joseph de Monthaut et de ses deux jeunes sœurs Elisabeth et Gabrielle. 
   
A cette époque la maison d’Haupoul de Rennes est à son apogée et cette alliance avec un descendant des Hautpoul-Félines, ne peut que rapprocher les deux branches détachées pendant près de trois siècles.                                              
                                               ***                  

      Elisabeth d’Hautpoul, appelée Mademoiselle de Rennes (1735-1820)

                                                *** 
   Le 8 octobre 1737, le château de Rennes est en fête, une belle journée se prépare à l’occasion du baptême de Joseph leur premier enfant : un garçon. La descendance des Haupoul semblait assurée, mais malheureusement Joseph décéda, le 8 mars 1739. Son décès marque l’extinction  de la branche des Hautpoul de  Rennes.
   Un compte rendu de visite pastorale situe la sépulture de Joseph, à Rennes, près de la croix, au milieu du cimetière. Cette même année, le 11 février meurt à Limoux Blaise d’Hauptoul seigneur de Saint-Just. 

                                                 ***

            Marie- Anne-Gabrielle d’Hautpoul  de Blanchefort (1739-1790)    

    Gabrielle, âgée de 28 ans épouse le 14 septembre 1767, Paul-François-Vincent de Fleury, seigneur de Caux, et du diocèse de Béziers, qui prendra le titre de Marquis de Fleury Blanchefort. Marie Gabrielle, fut l’enfant terrible de la famille et n’épargnera pas ses parents. Elle assignera sa mère pour «dégradation des biens du château de Rennes, dépérissement des meubles et effets de la succession…et la ruine de la mine de jais… ». 
  Gabrielle,  décède en son appartement Toulousain le 22 août 1790.
  Les descendants de de Fleury furent expropriés en 1793 de tous les biens et, entre autres, des sources thermales de Montferrand, que Gabrielle d'Hautpoul –Blanchefort, avait portées en dot dans la famille de Fleury.
    En l'an IV, Paul-Urbain de Fleury (1778-1836) racheta les propriétés de Montferrand et des Bains vendues comme biens nationaux.
   Henri-Paul-Elie de Fleury (1819-1878) apporta de nombreuses améliorations à l'installation des établissements thermaux. Il décéda le 10 septembre 1875, laissant une succession endettée. Ses biens furent vendus sur licitation et adjudication le 19 mai 1924 à Mesdemoiselles Gabrielle et Louise de Fleury; ses deux filles aînées, mais ces deux dernières n'ayant pu satisfaire aux clauses et conditions du cahier des charges, les biens furent revendus sur folle enchère, le 17 juin 1889 et adjugés à MM Coll, Bories et  Satgé et dans la suite M. Coll devint seul propriétaire.

             Acte de mariage de Joseph d'Hautpoul et Marie d'Hautpoul Blanchefort      

mariage-marie-de-negre-d-ables-hautpoul-1.jpg     L'an mil sep cent cinquante deux et le vingt sixième jour du mois de septembre, après avoir fait la publication d'un ban le vingt quatrième dud. mois, quatrième dimanche du courant, du futur mariage entre messire Joseph Marie d'Hautpoul, fils légitime et naturel de messire Jean Antoine d'Hautpoul, chevalier, marquis d'Hautpoul, et de feu dame noble Catherine de Bermond de Puyserguier, de la paroisse dud. Hautpoul-Félines, diocèze de St-Pons, d'une part, et demoiselle noble Marie d'Hautpoul, fille légitime et naturelle de messire François d'Hautpoul, chevalier, marquis de Blanchefort, et de dame noble Marie de Negri d'Ablès (1), d'autre part, au prone de la messe paroissielle, réverendissime père en Dieu Monseigneur l'évêque et comte d'Allet ayant donné dispense du second et troisième ban, comm'il paroit par ses lettres en forme du vingt deuxième du courant, insinuées et conterollées le même jour au bureau des insinuations du présent diocèze; et semblable publication ayant été faite en l'église paroissielle du lieu d'Hautpoul-Félines, avec même dispense du second et troisième ban accordé par Monseigneur l'évêque de St-Pons, comme il conste par ses lettres en forme du dix neuvième du présent mois duement insinuées et conterollées au greffe des actes eclésiastiques du diocèze dud. St-Pons et visées par mond. seigneur évêque et comte d'Allet,ayanrt gardé le tout devers moy, ensemble le certificat de kla publication d'un ban faite audf. lieu d'Hautpoul par Mr Cresme, prêtre curé, lequel certificat a été visé par mes. seigneurs évêques, et ne s'y étant trouvé aucun empêchement de part ni d'autre, mod. réverendissime père en Dieu Monseigneur l'évêque d'Allet a procédé à la célébration du mariage, et ayant interrogé les parties et reçu leur mutuel consentement les a solennellement conjoints par paroles de présent, en présences de Mr Pierre Félix Mercier, prêtre, résidfent à Allet, Mr Jean Rougeat, notaire royal de Peyriac, résident aud. lieu, Mr Pierre Laran, avocat en Parlement, résident à Quillan, et du Sr Barthelémy Captier, habitant Rennes, pris pour témoins, signés avec messire François d'Hautpoul, marquis de Blanchefort, dame Marie de Négri d'Ablés, père et mère de l'épouse, Monseigneur l'évêque et comte d'Allet, procureur fondé de messire Jean Antoine d'Hautpoul, père de l'époux, le. seigneur et dame épouse, autres parents, et nous curé dud. lieu."                

                                                                     Le chateau des Hautpoul

chateau1-3.jpgchateau4.jpg     chateau3-1.jpg 

   

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : jeudi, 05 Septembre 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site