I  Mes dossiers  et archives I

        L'église semi-rupestre Notre-Dame de Vals (Ariège) 

 eglise-rupestre-de-vals-ariege-2007-06-13-047.jpg     Situé dans la paisible Vallée de l'Hers, entre Mirepoix et Pamiers, un panneau deeglise-rupestre-de-vals-ariege-2007-06-13-045.jpg signalisation vous indique Vals. Prenez cette route sinueuse et champêtre qui va vous conduire, au détour d'un virage, à la découverte d'un petit village des Pyrénées ariégeoises de quelques centaines d'âmes. Sur un piton rocheux, un bâtiment austère et massif, aux allures de donjon d'ancien château fort posé là par quelque ancien seigneur, attire votre regard.
   Ici, historiens et archéologues, ont creusé, fouillé et se sont penchés sur l’origine de ce site et de son église, construite dans la roche, qui remonterait au début de l'Antiquité.                
  Son entrée se faisant par une faille naturelle, certains parlent d'église rupestre, d'autres préfèrent employer le terme de semi-rupestre: de "diaclase" (qui désigne l'épisode au cours duquel une roche se fend sans que les parties disjointes s'éloignent l'une de l'autre), lieu que l'on utilisait au début de l'antiquité pour une activité de culte très ancien.
   L'église de Vals est citée dans les textes en 1104, lorsque le recteur de Vals, Annibal Grasseries, devint un des chanoines réguliers de l'église Saint-Volusien de Foix. En 1224, le Pape Honorius III confirme les droits de l'abbaye de Foix sur l'église Sainte-Marie de Vals. Le 2 avril 1445, une bulle du Pape Eugène IV, réunit l'église de Vals à la mense de la cathédrale de Pamiers.
  Lors de son arrivée à Vals en 1945, l'abbé Julien-Marie Durand qui possédait de sérieuses connaissances en archéologie ainsi que sur la période préhistorique, fut frappé par le côté peu commun de cette église et énorme structure . En 1952, les premières fouilles et recherches sur le passé religieux et humain du site, lui font découvrir que les enduits sur les murs du sanctuaire, se soulèvent par endroits et laissent entrevoir des peintures. Le livre de l'histoire de Vals venait de s'ouvrir... la dernière page n'est pas encore écrite. Découvrons ensemble ce site unique.    
 

                                                                                              La nef inférieure

 eglise-rupestre-de-vals-ariege-2007-06-13-031.jpg                                                                                                                                                                             

Après avoir franchi les quelques marches extérieures qui donnent accès à la plate-forme dominée par le roc, sur lequel émerge la partie supérieure de l'église, puis poussé la lourde porte en chêne et gravir les 23 marches en pierre, on pénètre par un couloir étroit, éclairé par une petite ouverture aux effets mystérieux, on se trouve dans la nef inférieure.  A droite, le baptistère  et à côté la dalle funéraire de l'abbé Julien-Marie Durand, chapelain de Vals.
   La nef, de dimensions réduites, au plafond bas, que certains appellent crypte, crée une ambiance religieuse que l'on pourrait comparer à celle des catacombes.
   De part et d'autre, de petites absides peu profondes. Dans le mur latéral gauche une petite ouverture laisse pénétrer la lumière du jour et nous fait découvrir deux dalles funéraires du XVII e siècle. Celle de "Dame Germaine de cases, Comtesse de Lascaris-Vintimille – Décédée le 5 septembre 1760. Deux gravures figurant un visage humain, s'inscrivent de part et d'autre d'une croix. On relève la présence sur cette dalle, de "swastikas" et de triangles tenant lieu de points. Sur la droite, dans un arc aménagé, se trouve un petit oratoire.

                                                         

 

                                                                                               L'abside et la nef supérieure

photo-015.jpg     Deux escaliers latéraux conduisent à la nef supérieure, au deuxième étage de cette construction singulière.
L'abside rectangulaire, qui mesure 6 m de long et 4 m de large, est plus étroite que la nef supérieure. A l'origine, plus basse, mais remaniée à plusieurs reprises et surélevée au XIX e siècle sous l'égide de la marquise de Portes qui choisit  en 1887 deux vitraux pour éclairer, représentant Saint Loup et Saint Georges et y fit poser les armes du marquisat de Portes ( trois merlettes et une tour au-dessous d'une couronne de marquis et au dessus la devise en occitan : "Per pla aïré"
    Des deux niveaux supérieurs, on a une vue directe sur l'autel placé au premier niveau.
   Cette nef communique par une porte sur un terre plein extérieur à mi-pente de la colline, au lieu dit "le Rahus". Site remarquable par ses roches taillées, qui ont servi de base à un habitat protohistorique.
   Un escalier en bois ,au fond de la nef, permet d'accéder à la chapelle haute qui date du XIIe siècle et qui est dédiée à l'archange Saint-Michel, surmontée d'une tour-donjon, érigé vers le XIVe siècle. Une croix discoïdale, provenant de l'ancien cimetière médiéval, accrochée sur la tour, a été classée en 1959. 

                                                                                                       Les fresques

photo-010.jpg   
En 1954, les Beaux-arts autorisent le décapage des murs noyés sous plusieurs couches de plâtre. Les fresques sont alors mises à jour et sont classées dans le cadre de la peinture romane Est-Pyrénéenne, qui présente de nombreuses affinités avec les fresques de la Catalogne espagnole. 
Les peintures de Vals qui à l'origine couvraient toute l'abside sont du premier quart du XIe siècle et d'un intérêt majeur pour l'histoire de l'art et de la période romane.
   Découvertes par l'abbé Durand en 1952, sous plusieurs couches d'enduits, elles furent nettoyées et consolidées en 1956. Ces fresques sont à lier avec un art provenant de Catalogne, comme l'indiquent la physionomie des personnages et différents détails iconographiques. Nous trouvons dans ces peintures des ressemblances avec les œuvres de Maître Pedret, travaillant au début du XIIe siècle, ce qui laisse à penser que les fresques de Vals auraient été peinte dans les vingt premières années du XIIe  siècle. 

     La voûte en berceau, divisée en trois travées, représente trois phases de la vie de Jésus : son Enfance, la période apostolique, la Parousie.

                                                       
                                             
     
                                                                                                         L'Annonciation et la nativité :

    L'Ange Gabriel, légèrement agenouillé, annonce à Marie qui étend ses mains, son futur enfantement. Marie est représentée couchée et recouverte d'une couverture richement décorée. Une représentation peu fréquente. La scène du bain est représentée par deux femmes auréolées portant l'enfant debout dans une grande cuve

                                                                                                        La période évangélique

photo-024.jpg    On note dans cette scène la présence de seize personnages. Les douze apôtres, des disciples, prophètes…
certains apôtre sont identifiés : Pierre, qui tient d'une main les clefs du paradis et de l'autre donne la bénédiction de Pêcheur, à côté  André qui présente une Croix, Paul, Philippe et Mathias, qui tiennent de la main gauche le livre des Evangiles.

          La Parousie

Nous avons là une composition plus étendue. L'ensemble tourne autour d'un seul thème : la vision du Christ de la Parousie accompagné d'anges.

     La scène est doublée d'une théophanie (Nativité et Epiphanie)
   Le Christ en majesté entouré par une mandorle est accompagné des symboles des quatre évangélistes, d'anges, d'un chérubin, d'un séraphin et de quatre anges avocats entourés du collège apostolique des apôtres dont trois sont nommés: Gabriel, Michel et Pantasaron. La représentation d'archanges avocats est la seule connue en France nous dit le professeur Marcel Durliat, on ne la retrouve qu'en Catalogne et en Lombardie. La représentation de l'archange Pantasaron est quant à elle la seule connue à ce jour dans le monde de l'art roman.  
    A l'origine, l'Epiphanie était représentée sur le mur du chevet. Après le percement d'une fenêtre au cours du XIVe ou X e siècle "l'Adoration des mages " à été en partie détruite, on ne voit que le visage de la Vierge, une étoile et la tête de Balthazar couverte par un bonnet.

 

 


 st-michel-1.jpg
 photo-031-1-1.jpg photo-031-2-3.jpg vals-statue-de-saint-loup-1.jpg photo-024-1.jpg

              St Georges                                                                                                                                  St Loup

 

 eglise-rupestre-de-vals-ariege-2007-06-13-050-2.jpg  

 La tour de Vals seule partie de l'église hors de terre au grès jaune et rouge, de construction assez inhabituelle, massive, épaisse et quadrangulaire, eglise-rupestre-de-vals-ariege-2007-06-13-051-1.jpgajourée uniquement à sa base,  est la chose la plus remarquée et certainement la plus photographiée de l'ensemble extérieur du monument.  
   Sur la "plate-forme du Rahus", subsistent les vestiges d'un village médiéval, semi trogloditique, qui se re

      © André GALAUP

 


 

 

                                                                                     
                       Les sépultures de Françoise de SERRES et sa fille, la Comtesse de LASCARIS-VINTIMILLE

                                                                Vals 6   Vals 8     Cliquer sur l'image pour agrandir                                               

             Dans la nef inférieure , deux dalles funéraires. 

            A gauche, celle de Françoise de SERRES, épouse de Jean de CASES, qui fut conseiller au Présidial de Pamiers. La famille de CASES originaire de Varilhes, possédait une maison dans le village de Vals. Cette maison qui existe toujours, est plus connue au village sous le nom de "château". Elle est couverte de détails qui semblent superflus, de type échauguettes, créneaux, mâchicoulis, etc…
            A droite, celle de la comtesse de LASCARIS – VINTIMILLE, sa fille. 
  Mère et fille décédèrent la même année  (la  mère, avant la fille). 
            Leurs sépultures à l'intérieur de l'église, ont été autorisées de façon tout à fait exceptionnelle, après demande d'autorisation auprès de l'évêché de Pamiers. (AD 09)

           - Mes remerciements à Madame Martine Rouche, conférencière, pour ses renseignements.

 

                                                                        Photo 2

 

Date de dernière mise à jour : jeudi, 17 Avril 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site