I Les dossiers Saunière   I  

          Les démêlés avec l'autorité civile

                   Prêche anti-républicain aux élections législatives du 4 octobre 1885
                                                         Suppression de traitement pour l'abbé Saunière et trois autres prêtres.

   elections-1885-1.jpg   elections-1885-2.jpg 

    Octobre 1885, trois mois après son arrivée à Rennes-le-Château et sa nomination  de curé-desservant de la paroisse, vont avoir lieu les élections législatives et les premiers ennuis de Bérenger Saunière avec l'autorité civile.

             Le 30 octobre 1885, Monseigneur Billard Evêque de Carcassonne reçoit une lettre du Ministre des Cultes, portant à sa connaissance que quatre ecclésiastiques,
         dont l'abbé Saunière se sont rendus coupables de discours ou agissements répréhensibles durant la campagne électorale. 

                    
     lettre-suspension.jpg     suspension-traitement.jpg

       Lettre de Monseigneur Billard au Ministre des Cultes

     Le15 novembre 1885, Mgr Billard s'adressant au Ministre du Culte, tente d'en atténuer les rigueurs en ces termes:
 
    "Par votre dépêche du 30 octobre 1885, vous me signalez quatre ecclésiastiques de mon diocèse, coupables de discours et agissements répréhensibles pendant la période électorale".
Croyez Monsieur le Ministre qu'il n'y a pas eu de la part de ses prêtres intention d'attaquer la forme, ni les membres du gouvernement, qui d'ailleurs ne sont réellement visés dans l'article.
L'abbé Saunière, comme ses confrères, a cru de son devoir en qualité de défenseur autorisé de la religion de donner des conseils aux électeurs de sa paroisse, en présence des programmes anti-chrétiens et anti-concordataires de quelques candidats à la députation.
J'ose espérer, Monsieur le Ministre, que vos sages appréciations confirmeront les miennes et que le blâme infligé aux quatre ecclésiastiques précités, vous paraîtra une réparation suffisante d'un enchaînement accidentel".

   Mais pour Saunière, les propos n'étaient pas accidentels. C'était clair et cela voulait dire, qu'il fallait faire obstacle aux Républicains. N'oublions pas qu'en 1879, le parti Républicain avait fait voter les premières lois hostiles à l'église. Il fallait donc porter les voix aux défenseurs de la religion; c'est-à-dire la droite conservatrice regroupant Monarchistes, Orléanistes, Bonapartistes et quelques Républicains modérés.

   Pour Saunière, les Républicains triomphent au second tour. Le Languedoc devient radical. Le courrier de Monseigneur l'Evêque de Carcassonne ne fut d'aucun effet. Le 2 décembre 1885, le Ministre de l'Instruction publique, des Beaux Arts et des cultes répond:

"Monseigneur l'Evêque,

    "Les explications que vous m'avez fait l'honneur de me transmettre dans le but de justifier les quatre prêtres de votre diocèse qui se sont compromis pendant la période électorale ne sont pas parvenues à modifier ma manière d'apprécier les actes relevés à leur charge, actes que vous défendez mais dont vous reconnaissez implicitement l'exactitude matérielle.

Comme d'autre part, vous ne manifestez pas l'intention de répondre à mon désir de procéder par voie de déplacements, pour prévenir des répressions méritées, il est aujourd'hui de mon devoir de sévir dans la limite de mes attributions disciplinaires.
Les titulaires dont les noms suivent seront donc privés des indemnité attachées à leurs titres, à dater du 1 er décembre de la présente année.
Savoir:
MM Saunière , desservant de Rennes- le Château
Tailhan, desservant de Roullens
Jean, desservant de Bouriège,
Delmas vicaire d'Alet.
Agréez Monsieur l'Evêque, l'assurance de ma haute considération"

Suite à cette lettre, l'abbé Saunière fut privé de son traitement et Monseigneur Billard face à l'insistance du Ministre des Cultes nomme en janvier 1886, Bérenger Saunière comme professeur au Petit Séminaire de Narbonne.

Le 1 er juillet 1886, en fin d'année scolaire, l'abbé Saunière est renommé officiellement curé desservant de Rennes-le-Château et son traitement est rétabli.


 Les candidats aux élections législatives

   Pour le département de l'Aude, cinq candidats seront élus sur la liste de "Concentration Républicaine".
Pierre Raynier dans sa bibliographie des représentants du département (1901) nous présente ces hommes et leur carrière politique:

 Pierre Louis Clovis PAPINAUD:

   Né à Cuxac d'Aude le 1 er Mars 1844, fut d'abord ouvrier tonnelier. Doué d'une belle intelligence, et bien qu'ayant reçu une instruction des plus sommaires, il fut, à la chute de l'Empire, élu Maire de sa ville natale. Le canton de Coursan l'envoya ensuite au Conseil général, ou il sut tenir une place très honorable. Plus tard, il devint Sous-Préfet de Prades et il a laissé les meilleurs souvenirs dans cette localité. Il prit place à la gauche radicale de la Chambre, se rapprocha, en quelques circonstances des opportunistes, et porté, en octobre 1885, sur la liste de concentration Républicaine, il fut élu au second tour de scrutin, le quatrième sur cinq, député; par 43 813 voix, sur 74 159 votants et 97 053 inscrits, mais en 1888, il sollicita sa démission et fut remplacé à la Chambre par M. Ferroul socialiste.

 Jean, MARTY

   Né à Carcassonne, le 31 janvier 1838. Il étudia le droit, prit le grade de docteur, se fit inscrire au barreau de sa ville natale et grâce au talent dont il fit preuve dans l'exercice de sa profession, devint bâtonnier de l'ordre. Maire de Carcassonne, il fut porté sur la liste Républicaine Opportuniste aux élections du 4 octobre 1885 et fit élu au scrutin de ballottage, le premier sur cinq, par 44 741 voix sur 73 917 votants.

 Ferdinand THERON

   Né à Moux le 5 mai 1834, il fit de l'opposition à l'Empire que ne put l'empêcher d'être élu au Conseil municipal de Carcassonne, tant sa popularité était grande. M. Théron prit une large part à la propagande anti-plébiscitaire de 1870. Conseiller Général de l'Aude, pour le Canton de Capendu, et connu par la fermeté et la sincérité de ses convictions, il fut inscrit sur la liste Républicaine Radicale de ce département aux élections du 4 octobre 1885 et obtient au premier tour de scrutin 20 803 voix sur 68 426 votants. En présence du péril qui menaçait la république, il fallut faire taire toutes les rivalités.

  Au scrutin de ballottage, qui eut lieu le 18 octobre, une liste de concentration républicaine, sur laquelle était porté M. Théron, fut présentée aux électeurs, il réunit sur son nom 44 002 voix sur 73 917 votants et se trouva élu le troisième sur cinq. Ennemi du cumul des fonctions électives, il donna sa démission de Conseiller Général.

(Jean Lebrau dans son ouvrage "Images de Moux page 65 nous rapporte: " La politique lui coûta une grande partie de sa fortune, fait assez rare pour être rapporté et tout à son honneur".)

 Adolphe TURREL

  Né à Ornaisons, le 26 mars 1856, se livra à l'étude du droit, et après avoir conquis tous ses grades, fut reçu auditeur au conseil d'Etat. Candidat à l'élection partielle du 22 juillet 1883 dan s l'arrondissement de Narbonne, puis aux élections générales du 4 octobre 1885 il obtint au premier tour de scrutin 20 907 voix sur 68 426 votants et fut élu, au scrutin de ballottage, le second sur cinq par 44224 voix sur 73 917 votants.

 Emile WICKERSHEIMER

  Né à Strasbourg le 22 février 1849, entra à l'école polytechnique en 1867, en, sortit avec le numéro 2 et passa à celle des mines le 1 er novembre 1870. Il s'engagea pendant la duré de la guerre, et le 11 juin 1874, il fut chargé du service des mines dans le département t de l'Aude et des Pyrénées Orientales. Il fut promu ingénier de première classe le 1 er janvier 1883. Aux élections générales du 4 octobre 1885, il fut porté sur la liste radicale du département de l'Aude; au premier tour de scrutin il réunit 21 042 voix sur 68 426 votants.

L'intérêt de la République nécessita l'union de toutes les forces vives de la démocratie et au scrutin de ballottage un liste de concentration sur laquelle il était porté; fut présentée aux électeurs le 18 octobre, il réunit 43700 voix sur 73917 votants et fut proclamé le dernier élu.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site