Les échos et mises à jour

       Les échos  du vendredi 10 juillet 2015

        L’Association APARC aux oubliettes.

Les « dégourdis de la quatorzième », une expression bien de chez nous, que certains doivent ignorer, avaient bien calculé leur coup pour me faire sauter de la présidence de l’APARC.

Grand bien leur fasse. Ils croyaient bien faire. Mais voilà, j’ai appris ces jours derniers, que ces gens venus d’ailleurs, voulaient nous faire croire qu’eux seuls connaissaient notre histoire locale et que nous les gens d’ici, n’étions que des arriérés. Ces gens-là viennent de jeter l’éponge et arrêter les comptes de l’association à la Société Générale de Limoux.

L’APARC qui avait été créée par le regretté Jean Luc Robin et dont je m’efforcais d’animer avec toute la passion que je porte à ce village et à son histoire, n’aura vécu que deux ans. J’ai beau cherché et regardé le programme des animations de cette très courte période et ne vois rien qui ait retenu mon attention. J’espère cependant qu’avec l’encaisse en banque laissée lors de ma mise à l’écart, ils auront fait une bonne action pour le village. Je n’en dirai pas plus pour l’instant. Réfléchissez mesdames et messieurs pour savoir aujourd’hui qui est le plus « couillon » des deux.

 ______________________________________________________________________________________________________________________________________        

 Mise à jour  18 Avril 2015

                Page " L'actualité littéraire" -  Centenaire de la  mort de l'abbé Boudet -

                 Parution du livre : Les mystères de la vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains 

                                      "Le secret d'une Noble' Dame"

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

                   Mise à jour du dimanche 4 janvier 2014          

               Page  " L'autorité religieuse"  Extrait de  "Les causreies du dimanche 9 eme édition- année 1927 " l'Eglise et la Franc-Maçonnerie.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

                  Les échos du mardi 4 novembre 2013

                 Page Mes dossiers et archives "     Page  "En parcourant mes archives"     de nouvelles archives en ligne.


                  Les échos du Lundi 28 octobre 2013


                   Page Mes dossiers et archives "     Page  "En parcourant mes archives"


                      Les Echos du Vendredi 25 octobre 2013 

                 Page Mes dossiers et archives "     Page  " Pourquoi ma passion pour Rennes"


               Les Echos du mercredi 16 octobre 2013 

                         Un article qui devrait attirer l'attention de nos élus

                                                 Une crypte mise au jour à Ambleny        
                                        "JOURNAL L'ARDENNAIS" (02)  du  29.09.2013

               http://www.lunion.presse.fr/region/une-crypte-mise-au-jour-a-ambleny-jna3b26n216658

                      Près d'un siècle après son ensevelissement, une crypte de l'église Saint-Martin d'Ambleny (02) voit à nouveau le jour, mais conserve tout son mystère.

     Coincée entre un bâtiment communal et l'église Saint-Martin, une crypte, dont tout le monde connaissait l'existence mais que personne n'avait vue depuis près d'un siècle, est désormais révélée. Le travail de dégagement a été mis en œuvre grâce au concours et à la persévérance de Denis Rolland, président de la Société historique de Soissons : « Je suis né à Ambleny et cette crypte m'a toujours hanté. J'y ai consacré pas mal de temps et recueilli beaucoup de témoignages d'anciens qui m'avaient indiqué son emplacement mais rien n'était sûr. La voir aujourd'hui apparaître est une belle récompense. » Datant du XIIIe siècle, période de la fondation de l'église, « il semblerait que la crypte ait été restaurée au cours du XVIe siècle, à en croire l'architecture des escaliers dégagés. » Une description succincte de l'endroit avait été réalisée en 1900 mais, après les bombardements de l'église et du bâtiment communal lors de la Première Guerre mondiale, on décida d'ensevelir la crypte avec les graviers des édifices touchés. Depuis cette date, plus personne ne l'a revue et, aujourd'hui encore, le mystère de ce qu'elle recèle reste intact. « Les cryptes sont normalement vouées à y entreposer les corps de défunts de personnalités importantes. Ici, ce qui intrigue, c'est la largeur de l'escalier, environ 2 mètres. Cela laisse supposer que la crypte ne servait pas seulement à sa fonction première mais qu'on avait besoin de pouvoir y circuler. Peut-être servait-elle pour un rite ou alors pour y entreposer autre chose… » Trois semaines après avoir effectué une première sonde indiquant l'emplacement exact de la crypte, il restait à trouver une machine capable d'effectuer le travail de « suçage du gravier ». Chose faite grâce au mécénat de la société TRD de Ciry-Salsogne, qui a généreusement prêté un engin capable d'effectuer le travail de terrassement par aspiration.

     Intérieur enseveli

   Seule une partie des escaliers a pu être totalement dégagée laissant entrevoir la voûte de la crypte restée sauve malgré les bombardements violents de la Grande guerre. « On pensait trouver la porte d'entrée de la crypte scellée mais elle ne l'est pas, à notre grande surprise. En revanche, l'espace intérieur est totalement enseveli par de la terre à cause des eaux d'infiltration. Il nous faudrait du matériel adéquat pour poursuivre les investigations. » Denis Rolland ne désespère pas de voir prochainement l'ensemble de l'espace dégagé et de savoir, enfin, ce qu'il contient et à quoi servait vraiment cette crypte. Sans financement mais avec une volonté pugnace, nul doute qu'ils seront encore plusieurs à lui venir en aide, à l'image des nombreux bénévoles et mécènes venus lui prêter main-forte dans son initiative.Le mystère de la crypte de l'église Saint-Martin est en passe d'être percé.

            Lire aussi

 14575290.jpg  ARDENNES. La cellule archéologique du conseil général vient de mettre au jour une tombe à char sur le chantier de l'A 34.

                Les archéologues mettent la main sur un trésor

 


 

                   Mise à jour du mercredi 9 octobre 2013

   
          Page " Mes dossiers et archives "     Page  " Qui a tué l'abbé Gélis et pourquoi"   suivi d'en entretien avec l'abbé Maurice René Mazières 


          Mise à jour du mercredi 5 septembre 2013

       Page "Mes dossiers et archives" :         Page:  Nicolas Pavillon Evêque d'Alet "            " Nicolas Pavillon 29 eme Evêque d'Alet, et l'affaire de la Regale"

        Mise à jour du 31 août 2013

      De nouvelles pages à visiter en sélectionnant " Des siècles d'histoire"  ( Ce condensé historique, ne demande qu'a être complété, amélioré et si besoin est corrigé . Alors, n'hésitez pas à me contacter)


     Les échos du jeudi 29 août 2013

    Quelques échos des réunions savantes de Rennes

     Nous avons franchi un nouveau palier dans la démesure à Rennes-le-Château au cours d’une conférence qui rassemblait un petit groupe d’auteurs et chercheurs ces jours derniers sur le plateau .Le moins que l'on puisse dire, on a fait voler en éclats tout le sérieux de cette affaire, que certains s'efforçaient de préserver depuis des décennies. 
   Compte tenu des comptes rendus, je me pose la question: que retiendrons les quelques participants, et qu'elle opinion auront-ils, si toutefois ils ont eu le courage de rester jusqu'au bout pour écouter ces  élucubrations. 
   Après le matraquage fin du monde et Bugarach, dont certains en ont fait leur fond de commerce durant des mois et continuent, il fallait bien trouver un nouveau créneau, qu'allégrement franchissait Alain Sipra en déclarant que l'abbé Boudet  et son mentor le RP Lazariste Jourde, (ancien supérieur de Notre Dame de Marceille à Limoux, jusqu'en 1906, ou fut prononcée la dissolution de la Mission Lazariste), auraient découvert dans le Bugarach un tombeau abritant les sarcophages de Jésus, de Marie Madeleine et de leurs enfants.
    Ces tombeaux auraient-ils déménagés ces dernières années? Il y a peu de temps, un auteur, révélait que la sépulture de Jésus se trouvait sur le mont Cardou, face à Blanchefort, Marie Madeleine, à Rennes-les-Bains, mais on ne parlait pas des enfants.
    Face à de telles déclarations, je me rends compte que la bêtise humaine n'a plus de limites. Tous ceux qui ont étudié le passé de ces deux éminents religieux ne peuvent croire un seul instant, qu'ils aient pu songer à dire de telles inepties.
   Ces associations qui se disent savantes, devraient apporter un peu plus de sérieux au niveau des intervenants.  
   Je passerai rapidement sur l’intervention de M. Sipra qui après cette déclaration revenait en 1986, lorsqu’il disait avoir détecté en contrebas de Rennes-le-Château, prés du moulin, (ancienne propriété de Mme Elisabeth Van Buren),  de très anciens vestiges archéologiques. D'éminents archéologues locaux, ont démontré à l'époque, qu'il s'agissait de fondations d'une ancienne bergerie. Pour confirmer ses dires M. Sipra présentait une maquette du mausolée constantinien dont les vestiges seraient encore visibles. Enfin, que la ville que nous citait Fédié, est bien visible, avec ses contreforts, ses remparts, des tours, ses portes, et que Rennes comptait à l'intérieur de ses murs plus de 30.000 habitants, et un grand complexe royal de 40.000 m2.
    Le libraire des deux Rennes, portait une nouvelle attaque sur le travail de  M. Christian Doumergue. Toujours en retrait  dans cette polémique, que j'ai jugée stérile et mal placée après tant d'années et après le décès assez récent de M. Plantard, comme tous les anciens de Rennes, j'ai connu ces rencontres sur le terrain et j'avoue qu'à l'époque je ne me suis jamais passionné pour son passé. Son histoire et son action était écrite dans des revues de l'époque. Ce qui nous intéressait et qui était notre principal motif, était l'affaire du curé Bérenger Saunière et rien d'autre.
   Alors, pourquoi remuer tant de choses, alors que la personne n'est plus là pour se défendre. Doit-on le déterrer, pour le juger et le bruler?

     Et de deux

    Une petite vidéo annoncée comme pièce maîtresse à la bonne compréhension des lourds mystères du Razès, « Les Da Vinci Codes révélés » de Jeanlin (Debowska Productions, 2013) nous révèle que, Léonard de Vinci n’était autre que la réincarnation de Saint Pierre.
    Tout s’éclaire ensuite « … le fameux tableau de la Cène (The last supper) du maître italien est une représentation symbolique du Pech de Bugarach, que le peintre aimait arpenter ».
     Et de déclarer que « Armés de ces clefs fondamentales, nous sommes désormais tout à fait à même de percer l’indicible secret de Rennes-le-Château. Il suffit pour cela de tremper sa main dans le bénitier de l’église pour purger son âme et retrouver l’Amour ».
      Et enfin

p1060417-1.jpg 


 Une autre tombe, celle de l’abbé Bérenger Saunière pourrait faire l’objet d’une nouvelle polémique à Rennes-le-Château, (dans l’attente qu’un illuminé, nous déclare un jour qu’elle se trouve sur le Mont Bugarach). A Rennes, rien d’impossible.

    La famille de l’abbé qui avait  souhaité ce transfert, devrait s’occuper de son entretien, vu que la sépulture est en un lieu privé et ne dépend pas de la municipalité. Une recherche d’éventuels héritiers est en cours. Une affaire à suivre.
    Peut-être qu’un jour, Bérenger Saunière reviendra auprès de ses paroissiens, comme il l’avait souhaité de son vivant.


 

      Les échos du dimanche 18 août 2013 ( suite)

                L'APARC (qui a fusionné avec l'ARTBS) vont sponsoriser les fouilles dans l'église de Rennes-le-Château .
            Les autorités compétentes, ADRAC et Mairie,  auraient-elles donné leur accord.pour une campagne de fouilles officielles? 

          APARC -  Réunion de gestion du 24 août 2013
          Ordre du jour

        - Approbation du CR précédent.
        - Bilan financier – Cotisation mixte APARC/ARTBS
        - Bilan actuel de la saison été 2013.
        - Voies et moyens des activités à sponsoriser, en particulier les fouilles dans l’église.
        - Divers.

         On suit à la lettre le sieur Saussez   (AG de l'APARC du 23 février 2013)      

                 "- que nous soyons très sélectifs quant aux membres (d'honneur, fondateurs, donateurs, adhérents, sympathisants, etc.);
   - que l'association soutienne le projet de fouilles et joue un rôle dans la collecte de fonds pour ce projet.
     Bien à vous,
     Arch. Paul SAUSSEZ


          Les échos du dimanche 18 août 2013

            " Cher Monsieur

      « …Bien que passionné de l'Histoire de Rennes le Château (voire même directement impliqué...), j'avais eu l'honneur de m'entretenir très brièvement avec vous en 2009 à la sortie du cimetière où je faisais visiter les lieux à des amis.
      Depuis, vu le climat délétère qui règne désormais, j'y faisais de brefs passages en me gardant bien d'y être le plus discret possible...
     J'avoue m'être un peu "écarté" de l'actualité de Rennes le Château ces derniers temps et c'est dans ces conditions que j'ai appris tout dernièrement votre démission de l'APARC...croyez bien que je le regrette profondément !
     C'est en prenant connaissance de votre billet du 4 août dernier sur votre site, détaillant les manœuvres aboutissant à votre démission, que je me permets de vous écrire.
     Hormis le fait d'une bonne histoire Belge, je n'ai jamais bien compris l'importance donnée par les caciques locaux et autres "ténors" autoproclamés à "l'œuvre" de Mr Paul SAUSSEZ... 


       L'info du samedi 17 aoùt 2013

      Celles que donne le secrétaire général de l'APARC volent bas, jugez plutôt:
   
      Les Recherches de Mr Albert Fagioli
      août 12, 2013 par 

    " Après avoir détecté sous l’église de Rennes 1 tombeau, 1 crypte et 5 souterrains, puis – cette année – 3 cryptes et 6 souterrains, Monsieur Fagioli va être engagé pour rechercher le second tunnel sous la Manche.
     En effet, suite à une légère erreur des concepteurs, les Anglais et les Français ont creusé deux tunnels parallèles dont on a perdu un exemplaire qu’il conviendrait de retrouver afin de désengorger le seul qui soit en fonction.
     Bon courage, Monsieur Fagioli !"

        Comme l'on dit chez nous: " le silence répond aux...",  vous qui savez tout Monsieur le secrétaire général vous n'ignorez pas la suite. 


         Mise à jour du vendredi 16 août 2013


       Page " Mes dossiers et archives",   " Albert Fagioli nous dévoile les richesses  enfouies dans le sol  de l’ancienne cathédrale et église d’Alet."


      Mise à jour du mercredi 14 août 2013

        Page "Mes dossiers et archives" ,   " Le trésor de Rennes est dans son riche passé et son Histoire

      Reportage de la prospection de l'église et du cimetière de Rennes-le-Château,  effectuée le 1 er août 2013 part M. Albert Fagioli.


       Les échos du 12 août 2013


      Nostalgie, quand tu nous tiens 

  Je ne suis pas un inconditionnel de certains écrits  de Christian DOUMERGUE, mais, au même titre que tous ceux qui s'intéressent et écrivent sur l'affaire de Rennes-le-Château,  je respecte leur travail de recherche et leur littérature, et si leurs écrits ne correspondent pas à mes idées, je les oublie au rayon du libraire, mais me refuse de jouer les chroniqueurs littéraires.

  Aujourd'hui, je suis outré pour ne pas dire catastrophé de voir comment, quelqu'un, qui était adulé par un groupe d'amis et collaborateurs est autant décrié aujourd'hui et notamment par le président de l'ODS (Philippe Miecret alias Philippe Marlin), qui soit dit en passant, avant de lancer avec son ami Paul Rouelle, un coup d'état, (tel que cela m'a été rapporté) pour prendre en main l'APARC, avait intégré les rangs de l'association "Terre de Rhedae" avec la ferme intention d'en prendre la présidence. Hélas pour lui, il y avait des membres, qui connaissant ses intentions, sa vision des choses et ses intérêts lui ont barré la route.
   Le plus grave, est qu'un nouveau conflit vient de surgir à Rennes, qui n’en doutons pas se passerait bien de cette mauvaise publicité. Rennes-le-Chateau comme beaucoup d'autres endroits subit la crise.  
   Alors, face à l'échec, doit-on pour se venger, et remplir les pages de son site et décrier un collègue? Marlin, se prendrait-il pour le seigneur de Rennes, et aurait-il des vues sur d'autres responsabilités locales? S'il reproche tant de choses à M. Doumergue, personnellement je lui dirai, que lui a saturé son site durant plus de trois mois sur l'affaire Bugarach, relayant l'affaire de Rennes aux oubliettes, (par curiosité j'ai répertorier quelques interventions). Alors, lorsqu'il parle avec son ami Rouelle de sauver l'âme de Rennes- le-Château, ils feraient mieux de se taire. Personnellement je jugerai leur résultat au bout de quatre années accomplies.
     Mais, qu'il est loin le temps, ou l'ambiance régnait dans l'équipe des chercheurs et des passionnés. On chahutait, on se faisait des blagues, on passait des jours et des nuits à parler de Saunière…et l'été, on acceptait avec plaisir ceux qui venaient passer quelques jours de vacances dans la région et même les étrangers à qui on leur proposait  de ce joindre à nous et tous ensemble on refaisait le monde sur la colline et on était heureux entre amis.
   Oui, en voyant l'ambiance qui règne actuellement, j'ai encore plus la nostalgie de ces années là, et ces journées qui n'en finissaient pas, chez l'ami Henri Buthion, dans la famille Captier, ou à Cassaigne chez l'ami Jean Claude Debrou…Dieu qu'on était heureux à Rennes et l'on pouvait compter sur ses amis.

 bugarach-12-2012-1.jpg bugarach-12-2012-3.jpg bugarch-12-2012-4.jpg bugarach-112012-5-2.jpg bugarach-11-2012-6.jpg bugarach-11-2012-7.jpg bugarach-1o-2012-8.jpg bugarach-10-2012-9.jpg bugarach-10-2013-10.jpg 


       Les échos du  Dimanche 4 août 2013 

     Pourquoi j'ai donné ma démission de l'APARC 

         Sans  entrer dans une quelconque polémique, dans l’affaire qui secoue l’air  pur et ce beau soleil, qui illumine Rennes le Château, je tiens à faire part et répondre aux nombreuses questions qui me sont posées ces jours derniers, sur les raisons qui m’ont poussé à quitter la présidence de l’APARC (association pour la préservation de l’âme de Rennes-le-Château), que j’avais assumée, suite au décès du regretté Jean Luc Robin, d’octobre 2008 au 23 février 2013.

 Ayant compris, que deux membres de l’association, Paul Rouelle et Philippe Miecret alias Marlin, dont les ambitions pour l’un et les intérêts pour l’autre étaient clairement affichées, j’ai préféré sortir de ma réserve et partir par la grande porte.
    L’article publié par "http:  //www.portail-rennes-le-chateau.com/gazette/ "du 4.8.2103 « De qui se moque Philippe Marlin ? Ou Tartuffe fait libraire... » est un élément qui vient s’ajouter à mon ressenti : « … Comme il a mis la main sur l’APARC (association fondée par Jean-Luc Robin, puis passée sous la présidence d’André Galaup, avant que ce dernier ne soit évincé par Philippe Marlin selon un « coup d’état » par lui orchestré [ce sont ses propres mots lors d’une conversation privée])… »
     La raison essentielle de mon départ, se confirmait à la lecture d’un message, envoyé quelques jours avant l’Assemblée Générale, du 23 février 2013, par M. Paul Saussez, citoyen Belge, demeurant à Bruxelles où il professe dans un cabinet d’architecte, se déclarant prêt à se présenter à la présidence.
La cabale du trio était bien orchestrée :

    Bonjour,
   Je suis candidat pour reprendre la présidence de l'APARC, sous réserve:
   - que je ne sois astreint à aucune formalité matérielle (vu mon éloignement), P. ROUELLE et Ph. MARLIN  s'occupant de toute l'intendance, y compris celle du site internet;
   - que mes présences sur place (assemblée annuelles ou autres) soient fixées à des dates et lieux compatibles avec mon agenda professionnel (chargé !);
   - que les statuts et objectifs de l'association soient refondus, dans la veine "société savante", etc.;- éventuellement, que l'association soit rebaptisée en fonction de ces nouveaux statuts et objectifs: je    propose APHARC (Association pour la Promotion du Patrimoine Historique et Archéologique de RLC);
   - que nous soyons très sélectifs quant aux membres (d'honneur, fondateurs, donateurs, adhérents, sympathisants, etc.);
   - que l'association soutienne le projet de fouilles et joue un rôle dans la collecte de fonds pour ce projet.
     Bien à vous,
     Arch. Paul SAUSSEZ

        Malgré les encouragements de Mme Mandelli et Henry Lincoln, qui m’ont sollicité de revenir sur ma décision, il m'était difficile de coopérer.  
      Un nouveau bureau était mis en place par les membres présents.

  ag-de-l-aparc.jpg 
Mme Rouelle est élue présidente par intérim.
     Dans un communiqué récent elle déclare : j'
ai été élue présidente par une assemblée générale parfaitement légale, et  j’entends assumer cette présidence sans aucune allégeance.  L’APARC est souveraine dans ses choix et le restera.
       Signé: Nessie Rouelle-Moray,
                   Présidente de l’APARC


       Les échos  29 juillet 2013

   Jeudi 1 er août à partir de 14 heures à Rennes-leChâteau
   Albert Fagioli, dévoilera le résultat de ses  recherches sur le passé historique de Rennes

Au cours de la visite, il fera part à M. Alexandre Painco, Maire, ses adjoints et invités, le  résultat de ses recherches effectuées en 2009 sur le site de Rennes-le-Château.
Il nous parlera et dévoilera  l’emplacement de cryptes  dans l’église, des départs de souterrains dans le cimetière et  le domaine et au final de la construction de la Tour Magdala.
 On est curieux et pressé de connaître ce que nous cache le sous sol du site.
Comme en Mai 2009, alors qu'il découvrait Rennes-le-Château et ses mystères, je serai là et très attentif.


      Les échos  29 juillet 2013 

nd-d-alet.jpgSamedi 10 décembre 1976…dimanche 11 août 2013,
 on fêtera un nouveau retour de Notre-Dame d'Alet.

Chef-d’œuvre du XIIe siècle, la Vierge en bois polychrome à l’enfant Jésus, Notre-Dame d’Alet, revient dans les ruines de la cathédrale, le dimanche 11 août, lors d’une cérémonie qui débutera par un cortège dans les rues de la localité pour s’achever dans les ruines de l’ancienne cathédrale, où Mgr Planel, évêque de Carcassonne, célébrera l’office religieux. Désormais, la bonne vierge va retrouver sa place, mais à l’abri dans une chapelle, dotée d’un système d’alarme.

( Photo archives Midi libre 1975 © André Galaup)


      Mise à jour 28 Juillet 2013 

     Page "Mes dossiers et archives" :  le Dossier Nicolas Pavillon - 29 eme Evêque d'Alet - Historique et Testament de Nicolas Pavillon - photos archives


         Mise à jour  27 juillet 2013

       Page "Histoire et légendes"   De limoux à Parahou-petit avec Panfilo et sa jument " Magloria"       


       Les échos  13 Mars 2013

     Lu sur le site " le rendez-vous des chercheurs", des mots qui font plaisir. Merci -   Le site est bien là, et toujours en reconstruction, avec beaucoup d'infos à venir.

 Re: Le Serpent Rouge le 13.03.2013
Messagede Vasselot » 13 Avr 2013, 20:13
Ça rigolait pas dites donc!...

Le site d'André Galaup a disparu de la toile, quelqu'un a des nouvelles?
Vasselot  - chercheur
 Messages: 32
Inscription: 19 Déc 2012, 21:04
Re: Le Serpent Rouge le 13.03.2013
Messagede hermes » 13 Avr 2013, 21:52
       si le site de galaup a disparu de la toile c'est grave, car c'était un site en béton armé..............dans la lignée historique
hermes 
Spécialiste RLC
 Messages: 3209
Inscription: 24 Juil 2010, 15:38
Re: Le Serpent Rouge le 13.03.2013
Messagede Vasselot » 13 Avr 2013, 22:25
Non alors il est toujours la mais l'adresse a changé : http://www.rennes-le-chateau-en-quete-de-verite.e-monsite.com
Vasselot chercheur
 Messages: 32
Inscription: 19 Déc 2012, 21:04
 

 

Date de dernière mise à jour : vendredi, 07 Août 2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×