I Procès Saunière I

             Appel à Rome

     Le 17décembre 1910  expire le délai pour Saunière, de présenter ses comptes , l'abbé ne produisant aucune pièce comptable  à cette date, se trouve dans une situation qui peut-être pour lui, lourde  conséquences.

        Revenons au déroulement et aux minutes du procès.
   Bérenger Saunière disait ne point tenir de comptabilité et ne posséder aucune archive personnelle; ce qui sera bien souvent reproché par l'Evêché.
Or les documents laissés par Saunière sont précis, scrupuleusement mis à jour, il en était ainsi pour tous ses carnets où étaient inscrites les intentions de messes. L'abbé Saunière mentait donc à son Evêque et à l'officialité.
L'Evêque affirme quant à lui que le curé de Rennes-le-Château a entrepris toutes ses dépenses grâce aux  trafic de messes et plus particulièrement aux honoraires versés.
Comment Saunière aurait-il pu percevoir ce total fantastique d'intentions des messes?
Nous savons que les honoraires perçus à l'époque pour une messe étaient en général de 1 fr, certains de 1 fr50  et très rarement à 2 frs.
Il aurait donc fallu à l'abbé contracter environ 180000 intentions de messes dans une période de 10 ans allant de 1899 à 1909, soit une moyenne de 18 000 messes par an.
Or, et nous le savons, M. Saunière durant cette période en a obtenu 3434
Dans le grief formulé contre l'abbé, l'accusation possède uniquement la preuve que  ce prêtre a reçu 3430 messes. La défense, pensant se montrer condescendante et généreuse en accorde 5000.

                                                            Le 17 décembre 1910 Saunière fait appel à Rome

      Dans toutes les causes, les clercs peuvent toujours faire appel à Rome.

Pour les conflits d'ordre ordinaire, administratifs, il faut s'adresser à la Congrégation du Concile, c'est alors un "Recours"
Pour les questions strictement judiciaires c'est le tribunal de la Rote, qui juge en appel.
C'est alors "Appel à Rome".
La lettre adressée à Rome par Saunière et son avocat le Dr Huguet ne relève pas appel de la sentence de l'officialité mais n'est qu'un recours pour se faire réintégrer à la cure de Rennes-le-Château à laquelle Saunière a renoncé depuis sa démission en février 1909
Afin de s'expliquer directement, Saunière le 17 décembre 1910 décide de faire appel à Rome et envoie une lettre à la Sacrée Congrégation du Concile.
La Congrégation de la discipline des Sacrements jugea le cas obscur et le 14 février 1911, malgré un recours adressé par Saunière au Souverain Pontife, la Congrégation rend un "Lectum recursum" qui ne tranche en rien à l'affaire et informe l'Evêché des démarches de l'abbé.
(Il est fort probable que l'abbé Huguet qui compte bon nombre d'amis et relations à Rome, n'est pas étranger à cette prise de position et décision prise par Saunière, de ne pas se présenter dans les temps voulus à l'officialité pour répondre des accusations portées contre lui. L'abbé Huguet fait preuve de beaucoup d'optimisme, nous le verrons par la suite,  surtout lorsqu'il écrit depuis Rome le 20 décembre:
 "Soyez convaincu que je m'entoure de toutes les précautions pour obtenir à Rome plein succès;")

                                                        Dans la seconde partie du procès sont envoyés quatre monitoires

         Premier monitoire le 30 décembre 1910

   "Attendu que le 17 décembre 1910 au plus tard, M. Saunière aurait dû se présenter devant son ordinaire ainsi que le prescrit la sentence porté contre lui.
Par les présentes faisons à M. Saunière, monitoire péremptoire d'avoir à se rendre devant Monseigneur le 9 janvier 1911 à 2 heures du soir pour présenter ses comptes avec les pièces justificatives…."

          Deuxième monitoire le 5 janvier 1911

Nous vicaire général official de Carcassonne
" Vu en date du 3 janvier 1911 la lettre par laquelle M. Saunière prétend avoir relevé appel du jugement de l'officialité du 5 novembre 1910
Maintenons le monitoire du 30 novembre 1910, seulement afin de permettre à M. Saunière de rechercher ses pièces justificatives, lui accordons un délai de quinze jours pour présenter ses comptes à Monseigneur l'Evêque." 

        Troisième monitoire le 18 février 1911
Nous vicaire général à l'official du diocèse de Carcassonne
"…….après lecture de toutes les causes de renvoi depuis la sentence par laquelle M. L'abbé Saunière a été  condamné par l'officialité en date du 5 novembre 1910 (condamnation à 10 jours d'exercices spirituels) 
…Attendu que dans sa lettre de recours M. Saunière fait mention du procès du 5 novembre 1910 non pour relever appel de sentence mais pour émettre des assertions fausses disant que ce procès s'est terminé par un acquittement et non-lieu alors qu'il s'avait qu'il y a une vraie condamnation…
 Pour toutes ces causes,
Déclarons la sentence du 5 novembre 1910 définitive et  ayant force de chose jugée.
Faisons précepte formel à M. Saunière de présenter ses comptes le 20 mars au plus tard et le certificat constatant qu'il a fait les exercices spirituels auxquels il a été condamné par la sentence du 5 novembre 1910

             Quatrième monitoire le 28 février 1911
Maintenons dans son entier et dans toute sa teneur le monitoire qui a été envoyé à M. Saunière le 18 février 1911, avec toutes les conséquences qu'il comporte.

                              Le 9 mars 1911  un délai est accordée à Saunière pour effectuer ses exercices spirituels.

             Nous official du diocèse de Carcassonne

"…..Vu en date du  6 mars 1911, la lettre par laquelle M. L'abbé Saunière nous communique un certificat de M.  le Docteur Roché, déclarant que l'état de M. Saunière ne lui permet pas pour le moment de faire les exercices d'une retraite.
Accordons à M. Saunière une délai de deux mois à partir du 15 présent pour nous présenter le certificat exigé par la sentence du 5 novembre 1910 et réclamé par le monitoire du 18 février

lettre-a-huguet-1.jpg  lettre-a-huguet2-2.jpg  Dans ce courrier, Saunière demande conseil à son avocat mais également le juge un peu trop bon envers l'Evêque.

lettre-a-hugue32.jpg  lettre-a-hugue4.jpg 

Le 26 février 1911     L'abbé Huguet depuis Rome dit à Saunière qu'il est révolté par l'attitude de l'ordinaire et des procédés indignes qu'il pratique.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×