I Procès Saunière  I

             Premier Jugement

           Nous vicaire Generali, official du diocèse de Carcassonne

Vu, en date du 7 juillet 1910, la citation canonique par laquelle M. Bérenger Saunière ancien curé de Rennes-le-Château était sommé de comparaître devant le tribunal de l'officialité à l'Évêché le 16 juillet 1910 à 9 heures du matin
Attendu qu'au jour et à l'heure indiqués M. L'abbé Saunière n'était pas présent devant le tribunal,
Citons à nouveau par la présente M l'abbé Saunière à comparaître devant le tribunal de l'officialité à l'évêché le samedi 23 juillet 1910 à 9 heures du matin et déclarons la présente citation péremptoire entraînant la contumace au cas de non comparution.
…Monsieur Saunière voudra bien vouloir avant le 20 juillet donner le nom de l'avocat qu'il aura choisi pour sa défense…
                 Fait à Carcassonne le 16 juillet 1910
                                       L'official G. Cantegril

        Je soussigné S. Pennavaire, promoteur de l'officialité du diocèse de Carcassonne:

   Considérant que Monsieur l'Evêque avait à plusieurs reprises ordonné à Monsieur l'abbé Saunière de ne plus avoir à demander des intentions de messes à qui que ce soit en dehors du diocèse;
Considérant que Monsieur Saunière avait bien promis de s'en tenir scrupuleusement aux ordres de sa Grandeur;
Considérant qu'en fait M. Saunière a continué malgré tout à agir à l'encontre des ordres reçus et des promesses faites à l'honneur de prier Monsieur l'Official de vouloir bien traduire Monsieur Saunière devant le tribunal de l'officialité.
                          Signé Pennavayre, promoteur

      Nous vicaire général official du diocèse de Carcassonne.

  Vu en date du 27 mai 1910 de Monsieur le Promoteur de l'officialité par laquelle il nous demande de traduire devant le tribunal de l'officialité Monsieur l'abbé Saunière, ancien curé de Rennes-le-Château, qui a continué à demander hors du diocèse des intentions de messes malgré la défense de Monseigneur l'Evêque et la promesse par lui faite de s'abstenir de semblables demandes.
Vu les diverses pièces desquelles il ressort que depuis, un nombre considérable de messes qu'il ne pourrait acquitter.
Vu les dépenses exagérées de Monsieur l'abbé Saunière, qui laissait craindre qu'il ne se soit enrichi par les honoraires de messes acquittées.
Par les présentes citons Monsieur l'abbé Saunière à comparaître devant le tribunal le 16 juillet à 9 heures du matin.
Monsieur Saunière voudra bien nous faire connaître avant le 12 juillet le nom de l'avocat qu'il aura choisi pour le défendre afin que le tribunal examine s'il peut l'agréer.
                Fait à Carcassonne le 7 juillet 1910…..
                       Signé Cantegril , vicaire Général
                                                       Charpentier Greffier.

      La sentence est rendue le 23 juillet 1910

                                                                   Saunière condamné à une "suspense a divinis" d'un mois

   Nous official du diocèse de Carcassonne, au nom de la Sainte Trinité et n'ayant en vue que la gloire de Dieu et le bien de l'église,
Attendu  que M. L'abbé Bérenger Saunière, cité péremptoirement à comparaître à ce jour devant notre tribunal a fait défaut et a été déclaré contumace;
Que, l'acte d'accusation de M. Le Promoteur reprochant à Monsieur l'abbé Saunière le trafic de messes, la désobéissance à son Evêque et des dépenses exagérées et non justifiées auxquelles semblent avoir été consacrées les honoraires de messes non acquittées.
Après avoir pris  l'avis de messieurs les assesseurs, jugeant par défaut;
Condamnons M L'abbé Bérenger Saunière à une "suspense a divinis" pour le diocèse de Carcassonne d'une durée d'un mois.
Nous déclarons en outre Monsieur l'abbé  Bérenger Saunière qu'il est tenu en conscience à la restitution des honoraires de messes qu'il n'aurait pas acquittées, somme que nous ne pouvons déterminer n'ayant pu avoir entre les mains aucune pièce justificative.
Fait et jugé à Carcassonne au siège de l'officialité le 23 juillet 1910.
                          L'official – signe G. Cantegril.


  Du temps de Saunière, les honoraires de messes étaient de 1f50?
   Lors d'une souscription ou de quêtes lancées par des prêtres, il n'était pas rare de recevoir des mandats qui portaient  au dos:
  "Pour votre oeuvre de......en remerciement vous direz une messe". 
On ne peut  affirmer que tous les dons reçus par Saunière aiaient été des demandes de messes.
        Nous verrons  à la date du 5 novembre 1910 qu'il est bien spécifié:
    "Saunière a intéressé de riches souscripteurs à l'oeuvre si utile d'un asile pour des prêtres âgés ou infirmes"

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×