i Procès Saunière  I

               Sa défense 

           Le 27 mai 1910 s'ouvre le dossier de l'affaire Saunière                         

    Monseigneur de Beauséjour est loin de ressembler à son prédécesseur Monseigneur Billard qui voyait avec une certaine bienveillance les agissements de l'abbé Saunière.
 Les échos n'étant pas favorables à la réputation de l'abbé Saunière, l'Evêque voulut voir de plus près ce qui se passait dans cette cure que l'on disait perdue.
   Outre les rumeurs colportées par les gens de la région, l'Evêque reçut à cette même époque nombre de lettres de France et de l'étranger, en provenance de particuliers ou de maisons religieuses sollicitant de la part de l'Evêché  des renseignements sur le sérieux de l'abbé Saunière et si l'on pouvait continuer de lui adresser des intentions de messes.
Dans un   premier temps, Monseigneur de Beauséjour va solliciter de l'abbé des explications écrites. Si l'on en juge par  les réponses, elles furent loin de satisfaire la curiosité de l'Evêque. Si bonnes paroles il y eut, elles furent loin de dissiper les soupçons qui pesaient sur lui.
    Dés lors, l'Evêque va tout mettre en œuvre pour chercher à connaître la vérité.
Vérité qui, empressons-nous de le dire, ne sera jamais dévoilée.
Saunière, après 23 années d'efforts pour restaurer la maison de Dieu et bâtir sa maison va devoir engager une lutte beaucoup plus pénible pour se défendre de l'incompréhension  et de la cruauté des hommes. 
De toutes parts se ne seront que critiques. On se souvient qu'en 1885, lors des élections des Députés au Parlement, sa prise de position en chaire lui valut une suspension de traitement et une nomination, à Narbonne.
   Depuis, Saunière est "fiché" à la Préfecture. 
  En fin d'année1899, l'abbé Saunière est proposé par l'ordinaire à l'agrément du Préfet pour un personnat. La proposition entraîna comme il est de règle une enquête administrative menée par le Sous préfet de Limoux. Le 16 octobre  1899 ce fonctionnaire répond au Préfet: 
 "Monsieur l'abbé Saunière est dans une situation de fortune aisée? Il n'a pas de charges de famille. Sa conduite est bonne. Il professe des opinions anti-gouvernementales. Il affiche une attitude de réactionnaire militant: Avis défavorable."
 
Saunière ne fut pas nommé. Mais peut-on croire qu'il ait souhaité quitter Rennes


   Tous les yeux semblent être braqués sur lui et tout paraît jouer en sa défaveur.
  Fin mai 1910, va éclater le scandale et le début d'une longue et pénible affaire, qui d'une banalité au tout début, va prendre des proportions considérables, durera près de huit années, le dossier Saunière, ne se refermant qu'après la mort du curé le 22 janvier 1917.
Les mois qui ont suivi la démission de l'abbé furent d'un calme qui laissait présager que de part et d'autre on veuille mettre un terme à cette affaire.
  En réalité, c'était mal connaître les deux hommes. Calme relatif donc, car d'un côté comme de l'autre on campait sur ses positions et l'on préparait sa défense.
  Monseigneur de Beauséjour qui s'était contenté de la promesse de l'abbé de ne plus quêter de messes, se sentait bafoué, trahi par son subordonné.
  C'est alors qu'il va le soupçonner de trafic de messes et qu'officiellement va s'ouvrir le dossier du procès Saunière.

       Mémoire 

memoire1.jpg memoire2.jpg memoire-3.jpg memoire-4.jpg memoire-5.jpg memoire-6-1.jpg memoire-7-1.jpg memoire-8.jpg

    Questionnaire

q1.jpg q2.jpg q3-1.jpg

    Sa défense

d1.jpg d2.jpg d3.jpg d4.jpg d5.jpg d6.jpg

   

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×