I L'église  I

            Bas relief et confessionnal 

        bas-relief-image.jpg          bas-relief-confpe-4.jpg

 

                 bas-relief-1-1.jpg          bas-relief-bourse.jpg           bas-relief-2.jpg

Le grand bas-relief et l'inscription " Venez à moi vous tous qui souffrez et qui êtes accablés et je vous soulagerai" est inspiré du verset 28, Chapitre XI de l'évangile selon Saint Mathieu.

                 A propos du bas relief, grande bosse

   Lors de la signature du contrat et concernant le 1 er paragraphe il est mentionné:
 "Un bas relief, grande bosse, en terre cuite inaltérable, exécution tout à fait artistique et irréprochable, riche polychromie, pierreries, yeux émaillés; diamètre: trois mètres. Titre du bas relief : Venez à moi etc… onze ou douze personnages".
  La dimension de cette fresque, le nombre de personnages, peut surprendre compte tenu des dimensions de l'église. Nous doutons fort cependant qu'il faille lire dans cette ornementation qui n'est pas unique, un quelconque message laissé par Saunière.
                Une anecdote se rapporte à la livraison du grand bas-relief. 
  Le panneau fut livré depuis la gare de Couiza sur un chariot tiré par des bœufs.   Arrivé aux portes du village, alors que le conducteur s'apprêtait à passer sous le portique, aujourd'hui disparu, le bas relief heurta une colonne, ce qui fit basculer le chariot et les deux bœufs dans le ravin. Si la fresque resta intacte, le chariot fut brisé et les animaux tués. Saunière dédommagea le charretier.

confessional.jpg conf-gp1-1.jpg                                                                                          


conf-gp-croix-1.jpg  La croix du confesssionnal              conf-gp-2.jpg

Lors de sa visite pastorale en 1876, Monseigneur Leuillieux avait demandé que le confessionnal ait des ouvertures plus étroites. En 1889, il est  le même mais a subi queleques modifications. 

facture-mestre-conf.jpg

Le 10 Mars 1893 , facture de Mathieu Mestre, menuisier à Limoux, pour travaux de sculpture exécutés au confessionnal. 
En 1897, l'abbé Saunière note que le"vieux confessionnal, tout vermoulu et menaçant de s'effondrer, a été remplacé par un confessionnal en chêne sculpté (coût 700 francs)" .
Si nous inversons la photo, nous constatons que l'animal a les traits d'une tête humaine, ses oreilles sont pointues et sur le crâne poussent des cornes. Étrange  cette sculpture diront certains?

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×