I    Notre Dame de Marceille    I

               La décoration

                                                           
deco1-1.jpg       deco2.jpg

        Vue d'une partie de la nef et autel                                         A gauche de l'autel, la chapelle de la Vierge Miraculeuse

                 Le puits


le-puits.jpg 

 











Le puits qui se trouvait à l'intérieur de l'église près du banc des Marguillers fut supprimé en 1843.Les pierres de marbre furent utilisées pour la réparation de la fontaine de la "voie sacrée" 

  
    
Situé à l'opposé de la porte d'entrée, au pied du mur nord, on pouvait voir il y encore quelques années une pierre qui formait l'ouverture d'un puits profond, dont l'eau abondante  alimentait jadis au moyen d'une pompe la demeure des chapelains. On pouvait lire sur la margelle: " Hic puteus, fons signutus, parit unda salutem. AEger, junge fidem: sic bibe, sanus eris."

 " Malades, ayez confiance, buvez de cette eau et vous reviendrez en santé"

  Malgré la pieuse légende, jamais la tradition n'a attribué une vertu surnaturelle à cette eau.  

   Ce puits avait été creusé en dehors de la chapelle romane. Lorsqu'on construisit l'édifice actuel, il se trouva compris à l'intérieur du sanctuaire.

 Le puits et le banc des Marguillers. Gravure de l'époque
                                                          
                           

              Le souvenir  d'André Chénier
Notre Dame de Marceille est cette église que vit André Chénier lors de son pèlerinage en 1770, et qui écrit:                           
  "…En me rappelant les beaux  pays, les fontaines, les sources de toute espèce que j'ai vus dans un âge où je ne savais guère voir, il m'est revenu un souvenir de mon enfance que je ne veux pas perdre? Je ne pouvais guère avoir que huit ans, ainsi, il y quinze ans (comme je suis devenu vieux!) qu'un jour de fête on me mena monter une montagne. Dans la montagne, à côté du chemin, à droite, il y avait une fontaine dans une espèce de voûte creusée dans le roc. L'eau en était superbe et fraîche et il y avait sous la voûte une ou deux madones.

Autant que je puis croire, c'était près d'une ville nommée Limoux, au bas Languedoc.
Après avoir marché longtemps, nous arrivâmes à une église bien fraîche et dans laquelle il y avait un grand puits. Je ne m'informerai à personne de ce lieu-là; car j'aurait un grand plaisir à le retrouver lorsque mes voyages me ramèneront dans ce pays. Si jamais j'ai, dans un pays qui me plaît, un asile à ma fantaisie, je veux y arranger, s'il est possible, une fontaine de la même manière, avec une statue aux nymphes, et imiter ces inscriptions antiques: De fontibus sacris, etc…" Extrait de : Jean Amiel "Six Ataciens célèbres" Carcassonne " Au livre du pays "- 18 rue Victor Hugo 1929
                                                                                                                 
      gtableau-1.jpg 

                                                                     Conversion et baptême de Saint Augustin XVIII eme siècle. 
                                               Toile anonyme au dessus du portail d'entrée montrant les deux parties du tableau jointes.

 

                                                                                                       

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×