I  Mes dossiers et archives I    

             Famille Dénarnaud

    Guillaume Denarnaud, fils de Etienne Denarnaud et Elisabeth Olive est né à Sougraigne le 21 avril 1840 et décédé à Rennes le Château le 28 janvier 1930. 
   A épousé Alexandrine Marre, née en 1844, décédée le 19 juin 1928 à Rennes le Château.   La famille Denarnaud qui habite Espéraza, jusqu'à leur installation à Rennes-le-Château ,  aura deux enfants,  Marie et  Barthélémy . 
   
               les enfants

   md.jpg

 



Marie, née le 12 août 1868 à Espéraza, décédée à Rennes le Château le 29 janvier 1953 à 10 heures,  fut inhumée aux côtés de l'abbé Saunière, dans le caveau qui se compose de deux parties distinctes de six emplacements chacune. 

Barthélémy ,né en 1872 à Espéraza, fait sa Communion solennelle le dimanche 6 avril 1885. L'abbé Croc est  chargé de la cure de Rennes-le-Château.
Marié le 6 mars 1893 à Antoinette Fons, Ils auront 3 enfants.
En 1878 la famille Denarnaud quitte Espéraza pour s'installer à Rennes le Château. Le 12 décembre 1878 est né à Rennes le Château Antoine Dieudonné décédé le 24 décembre 1878, et Jean, né le 12 octobre 1881, à Rennes le Château décédé le 13 octobre 1881.
 De 1894 à 1909, Guillaume le père et Barthélémy travaillent à Couiza dans la chapellerie.

Lors de la visite pastorale de Monseigneur Billard en 1889, il est mentionné dans le compte rendu de visite :  

mariedenarnaud-en-1935-2.jpg" Alexandrine Denarnaud et sa fille Marie sont occupées à la décoration des autels et de la sacristie de l'église, la première à 45 ans, la seconde 20 ans . Leur conduite à l'une et à l'autre est édifiante. "

A cette date, la famille Dénarnaud n'habite pas au presbytère, puisque dans ce même rapport de visite il est écrit :
" Quelles sont les personnes qui habitent au presbytère avec M. le Curé ? une tante, Rose Saunière, veuve Sylvestre". 
" Quel est leur âge et leur conduite ? 75 ans, conduite exemplaire, fait la communion deux fois par semaine. "
Ce n'est qu'en 1891 que l'abbé Saunière, accueillera au presbytère la famille Denarnaud pour le servir. Probablement après le décès de sa tante Rose Saunière.
Alexandrine Denarnaud est sa servante, mais très vite ces fonctions seront assurées par Marie sa fille, qui restera au  service du curé jusqu'à sa mort et deviendra, propriétaire du domaine, et sa légataire universelle.
Si les rapports entre l'abbé Saunière et Marie Denarnaud ont donné lieu à diverses interprétations, nous nous refusons faute de preuves, à aborder le problème délicat des relations entre le prêtre et sa jeune servante.
Les témoignages en notre possession nous permettent de dire que Saunière fut un prêtre aimé et respecté par les habitants de ce petit village. La complicité qui au fil des ans a pu s'instaurer entre Marie et Bérenger est le fruit à la fois de la considération et respect d'une parfaite chrétienne et en retour l'estime d'un prêtre à l'égard d'une servante dévouée et de grande valeur morale.
Tous ceux, qui ont côtoyé l'abbé et Marie ont toujours été unanimes à reconnaître les qualités morales et le sérieux de cette jeune et dévouée servante. Dévotion et sérieux qui furent peut-être l'objet de convoitise et de jalousie de la part de certaines personnes qui n'ont pas hésiter à déclencher le scandale.
Par testament en date du 26 juillet 1946, Marie qui vit seule au presbytère fit de la famille Corbu ses légataires universels. 
Quelques mois après, la famille Corbu s'installait auprès d'elle à Rennes-le-château et l'accompagnera jusqu'à sa mort en 1953.

 

 

 


Ce n'est qu'en 1891 que l'abbé Saunière, accueillera au presbytère la famille Denarnaud pour le servir. Probablement après le décès de tombe-barthelemy-denarnaud-23-decembre-1942-a-72-ans-4.jpgsa tante Rose Saunière.
Alexandrine Denarnaud est sa servante, mais très vite ces fonctions seront assurées par Marie sa fille, qui restera au service du curé jusqu'à sa mort et deviendra, propriétaire du domaine, et sa légataire universelle.
Si les rapports entre l'abbé Saunière et Marie Denarnaud ont donné lieu à diverses interprétations, nous nous refusons faute de preuves, à aborder le problème délicat des relations entre le prêtre et sa jeune servante.
Les témoignages en notre possession nous permettent de dire que Saunière fut un prêtre aimé et respecté par les habitants de ce petit village. La complicité qui au fil des ans a pu s'instaurer entre Marie et Bérenger est le fruit à la fois de la considération et respect d'une parfaite chrétienne et en retour l'estime d'un prêtre à l'égard d'une servante dévouée et de grande valeur morale.
  Dans les carnets personnels de l'abbé, nous avons relevé parlant de l'attitude envers sa servante:
1)La respecter, mais, pas de familiarité
2° Ne pas permettre qu'elle s'entretienne des choses du Ministère en notre présence.
3° Eviter les confidences... Un prêtre qui fait des confidences est déjà pris... ce qui est dit de la servante doit être dit des autres femmes.
4° Exiger qu'elle reste au presbytère et se montrer impitoyable pour ses excès de langue, de rapports.
5° Na pas se fier trop facilement à son âge, à sa pitié; il n'est pas convenable de travailler à côté d'elle à la cuisine, ne pas la laisser entrer dans la chambre pendant qu'on est au lit, hors le cas de maladie.
  Tous ceux, qui ont côtoyé l'abbé et Marie ont toujours été unanimes à reconnaître les qualités morales et le sérieux de cette jeune et dévouée servante. Dévotion et sérieux qui furent peut-être l'objet de convoitise et de jalousie de la part de certaines personnes qui n'ont pas hésiter à déclencher le scandale.
Par testament en date du 26 juillet 1946, Marie qui vit seule au presbytère fit de la famille Corbu ses légataires universels. 
Quelques mois après, la famille Corbu s'installait auprès d'elle à Rennes-le-château et l'accompagnera jusqu'à sa mort en 1953.

    

 


    Photos      _ Marie Dénaranaud en 1935.
                     _ La tombe de Barthélémy Denarnaud se trouve en haut du cimetière , contre le mur Nord et est située sur le même alignement que celle de sa sœur Marie, et l'abbé Saunière. 
                        _ Barthélémy Dénarnaud est décédé le 23 décembre 1944.

                                                                                  Démolition de l'ancienne maison de la famille Denarnaud

                maison-de-marie.jpg   maison-marie1.jpg   maison-marie.jpg   maison-marie-2.jpg 

    Lorsqu'ils quittérent Esperaza, la famille Denarnaud s'insatlla à Rennes-le-Château, dans une maison faisant coin à la rue principale et la rue qui conduit au parking actuel.
    Dans cette maison naquirent et décédèrent l'année de leur naissance Antoine, Dieudonné et Jean.
    En 1891, toute la famille, ira s'installer au presbytère. 

               En 1990, M. Henri Buthion, propriétaire du domaine , fit démolir l'ancienne maison.


Date de dernière mise à jour : samedi, 31 Août 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site