I  Mes dossiers et archives  I

                        Les Berges d'Arcadie: l'énigmatique tableau de Nicolas Poussin                  

           La campagne Romaine: lieu d'inspiration de l'oeuvre de Poussin

    Quel lieu de rencontre plus vraisemblable pour Poussin, Claude Lorrain et Guaspre , que cette vaste plaine de la campagne romaine, dont ils se sont plu, l'un à idéaliser les lignes grandioses, l'autre de saisir la couleur et cette atmosphère d'or fluide.Tous deux ont été fortement attirés et inspirés par les ruines, aqueducs, temples, tombeaux, tronçons de colonnes, cherchant l'un comme l'autre des points de vue, étudiant quelque effet de lumière, quelque mouvement de terrain, pour en parer une de leurs compositions où ils faisaient se fondre l'histoire avec leur fantaisie. Le troisième personnage, un tout jeune homme, Guaspre, beau-frère et premier élève de Poussin, le meilleur sans doute et certainement le plus perfide, puisqu'il entraîna le paysage sur la pente de la banalité. Guaspre ou Gaspar Dughet, était le fils d'un Français établi à Rome. Des ses débuts dans la peinture il a étonné Poussin, qui n'hésita pas, parfois, à mêler des figures aux tableaux du jeune peintre. Il faut dire qu'il dessinait bien, inventait de beaux sites, donnait aux arbres des formes élégamment contournées. De plus, il excellait dans la façon de peindre les coups de vent, les orages, les mouvements imprévus.

           (Extrait de la revue "Magasin pittoresque", tome VIII - Janvier 1840)

             tableau-poussin1.jpg                         tableau-poussin2-1.jpg               

                                                                               Dans la campagne Romaine,  Claude Lorrain (1600-1682),
                                                                                                         Poussin (1594-1663)    et le Guaspre(1613-1675).

     Plusieurs auteurs de l'affaire de Rennes-le-Château, voudraient que Nicolas Poussin, (qui selon eux détenait un secret qui aurait ruiné la position des rois de France), lors de son séjour en France, qui ne dura que du 17 décembre 1640 au 25 septembre 1642, ait planté son chevalet, en pleine Corbières, sur la RN 613, à quelques kilomètres du village de Serres, en direction d'Arques, pour peindre la scène des Bergers d'Ardadie.
   Comment Poussin, aurait-il pu reproduire ce tombeau, alors qu'a cette époque il n'existait pas, ayant été  construit par la famille Galibert , qui habitait  une ferme en contre bas de la route, à la fin du XIX e, début du XX e siècle.

                                      Le Baptême du Christ - 1641-1642
 
tabernacle3.jpg   Bien que l'œuvre de Nicolas Poussin ait exercé une énorme influence sur le développement de la peinture française au XVII e siècle, l'artiste a perfectionné son style à Rome, en incorporant des leçons de la Renaissance et des peintres italiens de son époque dans sa propre façon de faire.
Le Baptême du Christ par Poussin a été exécuté entre 1638 et 1642 pour son ami et client Cassiano del Pozzo.
Dans la composition de Poussin la scène se déroule sur les bords du fleuve Jourdain, au moment spécifique où le Seigneur s'est exclamé "Voici mon fils bien aimé en qui je fais toute confiance"
En présentant disposés et des physionomies complexes, Poussin a voulu évoquer une réaction très humaine et la crainte des personnes présentes au moment où elles comprennent qu'elles ont affaire au fils de Dieu et ainsi permettre au spectateur de participer à un moment d'une telle importance.
Notons que ce tableau a été commencé à Rome, avant le départ de Poussin pour Paris en 1640.
Le 27 mars 1642, Poussin précise, dans une lettre adressée à Cassiano del Pozzo, qui attendait avec impatience le dernier sacrement, et en quelque sorte le premier dans l'ordre canonique "le baptême", symbolisé par le baptême de Jésus par saint Jean, "j'espère la semaine prochaine y donner la dernière main".
   Ce tableau diffère sensiblement des autres compositions de la série, comme de la seconde version, pourtant achevée plus de quatre ans après lui.
Les figures occupent une place plus importante et le paysage, sans doute peint en grande partie encore à Rome, a avant tout valeur de décor.
(Toile H 95,5; L 121 - Washington, The National Gallery Of Art - Samuel H.Kress collection)

    


    Je ne tirerai  aucune conclusion à la vue de ces deux tableaux, mais lorsqu'on s'attarde sur l'arrière plan des deux oeuvres de Poussin...!

   


Date de dernière mise à jour : vendredi, 05 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site