I  L'église I

               Le chemin de croix

 cdc-doc.jpg
Un chemin de croix en terre cuite, scènes en haut relief, personnages peints au naturel, costume d'époque, fond paysage, exécution irréprochable et conforme au modèle envoyé dont la hauteur est de 1 mètre 26 centimètres et la largeur de 0 mètres 60 centimètres, riche polychromie partout".

        (contrat en date du 20 novembre 1896 passé entre Giscard statuaire à Toulouse et l'abbé Saunière)

    En 1887, le chemin de croix, qui n'était que des lithographies est remplacé par 14 stations en terre cuite. La commande est faite auprès de la maison Giscard de Toulouse, coût 200 francs.

cdc1-4.jpg   cdc2-3.jpg    cdc3-2.jpg 

cdc4-1.jpg   cdc5-1.jpg   cdc6-1.jpg

cdc7-2.jpg   d8-1.jpg   cdc9-2.jpg

cdc10-1.jpg

 cdc11-1.jpg   cdc12-2.jpg                  

Historique du Chemin de Croix

   La dévotion au Chemin de Croix a la même source que la vénération manifestée par les chrétiens à l'égard des Lieux Saints.

Ce sont les Frères Mineurs de l'Observance, préposés depuis 1312 à la garde des Lieux Saints qui introduisirent en Europe et diffusèrent la dévotion du chemin de croix sous forme d'exercices spirituels pour les pèlerins qui se rendaient à Jérusalem.
Le jour où l'on commença à parcourir dévotement l'itinéraire des 14 stations en méditant sur les souffrances de Jésus, l'exercice du chemin de croix était né.
   Le point de départ et terme final du parcours furent longtemps indéterminés.
   Les scènes des 14 stations, où figurent habituellement des croix, des images ou tableaux ont été choisies à cause de leur valeur symbolique et en raison des leçons d'édification qui s'en dégagent. Les stations représentent les événements de la passion du Christ et son chemin qui le conduisit du tribunal au Calvaire, où il mourut. Chaque station est une étape et une méditation sur le Chemin de douleur qui a conduit le Christ au Calvaire.
   La législation canonique a été précisée par une série de documents publiés depuis le XVIII e siècle. Aujourd'hui, les chemins de croix comportent parfois une quinzième station qui fait le lien entre la passion, et la mort et la résurrection de Jésus-Christ. 
   Un décret en date du 12 mars 1938 a simplifié les exigences antérieures qui rendaient nulles les érections par défaut de pouvoir. Désormais il suffit que l'érection soit faite par un prêtre ayant reçu faculté au Saint-Siège. Le pouvoir appartient de droit aux cardinaux, aux évêques résidentiels ou titulaires et comme privilège, aux supérieurs de l'ordre des Frères Mineurs.
   Les stations doivent être marquées par 14 croix ou il est permis d'ajouter des tableaux ou sculptures représentant les scènes de la vie douloureuse et favorisant la méditation. Les croix doivent impérativement être placées au dessus des tableaux et nécessairement bénies suivant la formule du rituel. Il est d'usage mais non une nécessité de bénir les tableaux.
  Si le chemin de croix est érigé dans une église ou une chapelle, il n'y a aucune obligation de commencer du côté de l'évangile pour terminer du côté de l'épître; la disposition contraire est valable.
   La passion de Jésus et la plupart des événements représentés par le chemin de croix sont décrits dans les évangiles. 

   Évangile selon Saint Matthieu (CHAPITRE XXVII, 15-61)

 15 Or le gouverneur avait coutume, au jour de la fête de Pâque, de délivrer celui des prisonniers que le peuple lui demandait;
16 et il y en avait un, nommé Barabbas?  
17 Lorsqu'ils étaient donc tous assemblés, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous délivre, de Barabbas, ou de Jésus, qui est appelé Christ?
18 Car il savait bien que c'était par envie qu'ils l'avaient livré entre ses mains.

19 Cependant lorsqu'il était assis dans son siège de justice, sa femme lui envoya dire : ne vous embarrassez point dans l'affaire de ce juste; car j'ai été aujourd'hui étrangement tourmentée dans un songe à cause de lieu.
20 Mais les princes des prêtres et les sénateurs persuadèrent au peuple de demander Barabbas, et de faire périr Jésus.
21 Le gouverneur leur ayant dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre? Ils lui répondirent : Barabbas.
22 Pilate leur dit : Que ferai-je donc de Jésus, qui est appelé Christ?
23 Ils répondirent tous : Qu'il soit crucifié. Le gouverneur leur dit: Mais quel mal a-t-il donc fait? Et ils se mirent à crier encore plus fort, en disant : Qu'il soit crucifié.
24 Pilate, voyant qu'il n'y gagnait rien, mais que le tumulte s'excitait toujours de plus en plus, se fit apporter de l'eau, et se lavant les mains devant le peuple , il leur dit : Je suis innocent du sang de ce juste : ce sera à vous de répondre.
25 Et tout le peuple lui répondit : Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants.
26 Alors il leur délivra Barabbas; et ayant fait fouetter Jésus, il le remit entre leurs mains pour être crucifié. 
27 Les soldats du gouverneur menèrent ensuite Jésus dans le prétoire; et là, ayant assemblée autour de lui toute la cohorte.
23 Ils lui ôtèrent ses habits, et le revêtirent d'un manteau d'écarlate:
29 puis ayant fait une couronne d'épines entrelacées, il la lui mirent sur la tête, avec un roseau dans la main droite; et se mettant à genoux devant lui; ils se moquaient de lui, en disant : salut au roi des Juifs.
30 Et lui crachant au visage, ils prenaient le roseau qu'il tenait, et lui en frappaient la tête.
31 Après s'être ainsi joués de lui , ils lui ôtèrent ce manteau d'écarlate; et lui ayant remis ses habits, ils l'emmenèrent pour le crucifier.
32 Lorsqu'ils sortaient, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, qu'ils contraignirent de porter la croix de Jésus.
33 Et étant arrivés au lieu appelé Golgotha, c'est-a-dire le lieu du calvaire,
34 ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel; mais en ayant goûté; il ne voulut point en boire.
35 Après qu'ils l'eurent crucifié, ils partagèrent entre eux ses vêtements, les jetant au sort; afin que cette parole du prophète fut accomplie : ils ont partagé entre eux mes vêtements, et ont jeté ma robe au sort.
36 Et s'étant assis, ils le gardaient.
37 Ils mirent au-dessus de sa tête le sujet de sa condamnation, écrit en ces termes : c'est Jésus le Roi des Juifs. 
38 En même temps on crucifia avec lui deux voleurs, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche.
39 Et ceux qui passaient par là le blasphémaient, en branlant la tête,
40 et lui disant : Toi qui détruis le temple de Dieu, et qui le rebâtis en trois jours, que ne sauves-tu toi-même? Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix.
41 Les princes des prêtres se moquaient aussi de lui, avec les scribes et les sénateurs, en disant :
42 Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même. S'il est le roi d'Israël, qu'il descende présentement de la croix, et nous croirons en lui.
43 Il met sa confiance en Dieu; si donc Dieu l'aime, qu'il le délivre maintenant puisqu'il a dit : Je suis le fils de Dieu.
44 Les voleurs qui étaient crucifiés avec lui, lui faisaient aussi les mêmes reproches.
45 Or depuis la sixième heure du jour jusqu'à la neuvième, toute la terre fut couverte de ténèbres.
46 Et sur la neuvième heure Jésus jeta un grand cri, en disant : Eli, Eli, lamma sabacthani! C'est-à-dire : Mon Dieu! mon Dieu! Pourquoi m'avez-vous abandonné?
47 Quelques-uns de ceux qui étaient présents l'ayant entendu crier de la sorte, disaient :il appelle Elie.
48 Et aussitôt l'un d'eux courut emplir une éponge de vinaigre, et l'ayant mise au bout d'un roseau, il lui présenta à boire.
49 Les autres disaient : Attendez, voyons si Elie viendra le délivrer.
50 Mais Jésus, jetant encore un grand cri, rendit l'esprit.
51 En même temps le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, la terre trembla, les pierres se fendirent;
52 Les sépulcres s'ouvrirent, et plusieurs corps des saints, qui étaient dans le sommeil de la mort, ressuscitèrent;

ce1-2.jpg   ce2-3.jpg   ce3-1.jpg

ce4-1.jpg   ce5-1.jpg   ce6-1.jpg
     Certains ont cherché bien loin pour trouver un chemin de croix semblable à celui de l'église de Rennes. A quelques kilomètres, à Espéraza on pouvait voir il y a quelques années encore les mêmes stations dans l'église de la paroisse. Les quelques stations que j'ai pu photographier, (les autres avaient atterri dans une décharge) provenaient des mêmes moules, mais hélas, après avoir passé des années aux intempéries avaient perdu leur couleur d'origine.
       (Photo © copyright André Galaup)

 

 

Date de dernière mise à jour : jeudi, 04 Juillet 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site