I  L'église I

           L'autel  

                                             autel-14.jpg 

st-josep-5.jpg                                                              marie-4.jpg  

facture-giscard.jpg   Que n'a t-on pas dit et écrit sur la présence de deux enfants Jésus se faisant face dans le choeur de l'église de Rennes-le-Château.  L'un sur les bras de  Joseph, le Père et Marie la Mère. Monsieur Giscard, qui a réalisé et fourni au prêtre Saunière l'ensemble des statues qui ornent son église avait remarqué que Saint-Joseph et Marie, n'avaient leur place dans l'église. Comme à son habitude, lorsque les commandes atteignaient une certaine somme, ou émanant de fidèles clients il  joingnait un cadeau à la livraison. C'est ainsi quà  titre gracieux il offrit  à l'abbé  ces deux statues comme en témoigne la facture.   

  facture-monna.jpg             

   Facture de la Maison Monna, adressée à Madame Marie  Cavaillé  de Coursan, pour la commande de l'autel


  Que nous cache le sous-sol de l’église Sainte Marie Madeleine ?
 
tabernacle2-1.jpg  Si Rennes-le-Château, possède un trésor, ce n’est  pas celui qu’aurait découvert  Berenger Saunière à la fin du XIXe ou début du XXe siècle, mais les très anciens vestiges historiques de l’ancienne capitale du Razés qui n’ont pas encore été exhumés.

   Rares sont les auteurs qui ces dernières années se sont penchés sur l’Histoire, pour ne parler que d’une histoire qui a fait grand bruit, mais ne repose sur aucun fondement historique. Ces nouveaux auteurs à la recherche de notoriété ont pris une autre direction, délaissant le côté matériel qui a fait rêver tant de chercheurs de trésors pour essayer de percer les secrets de notre religion. 
    Aujourd’hui, on parle peu de Saunière mais de Marie Madeleine, Jésus, qui seraient enterrés dans la région de Rennes et l’on y associe des extra terrestres qui surveillent les lieux. Nous avons franchi là un palier important et grave à la fois. Le piton serait-il devenu un asile à ciel ouvert pour un monde de nouveaux illuminés ?  Ils sont très certainement les seuls à se convaincre et croire ce qu’ils écrivent, car aucun d’eux n’est en mesure d’apporter de preuves des théories et fantasmes qu’ils avancent. 
   Faisons preuve de sérieux et souhaitons que les milliers de touristes qui visitent ce site merveilleux qu’est Rennes-le-Château et qui à lui seul mérite le détour ne soient pas atteints de cette frénésie passagère. 
  Fort heureusement, à côté,  nous avons ceux qui plongés dans les archives, sans bruit, sont à la recherche de la vérité historique. 
    Seul document authentique à ce jour, un  registre paroissial de baptêmes, mariages et mortuaires de  1694 -1725  qui atteste  la présence "d'un tombeau des Seigneurs près du balustre" sous le dallage de l'église Ste Marie Madeleine. Ce registre renferme des
tabernacle-1-1.jpg actes d'inhumations qui ne font pas état de Seigneurs du lieu, mais vu l’emplacement, tout  laisse supposer que cette partie de l’édifice religieux avant agrandissement fut jadis chapelle du château. 
   Saunière fut le premier à soulever la dalle et également lui qui à la date du 21 septembre 1891 écrit dans son carnet journalier "découverte d’une tombeau". 
   Des fouilles ont été effectués par, le Professeur Robert Eisenmann, Andréa Baratollo, Albert Fagioli ...et des rapports transmis au autorités locales, la DRAC, confirmeraient la présence sous le pavement de l’église de cryptes situées à des niveaux différents. 
Vu l’ancienneté d’implantation de l’édifice, ces déclarations sont recevables et il serait souhaitable, que les autorités locales, religieuses et services de la sauvegarde du patrimoine prennent au sérieux les résultats de ces  relevés et réfléchissent sur l'apport  Historique de telles mises à jour. 
  Laissons parler les archives, écoutons ceux qui cherchent et peut-être offrirons nous un jour aux milliers de touristes qui apportent à la commune un plus sur le plan économique, l’histoire de Bérenger Saunière, mais aussi et surtout l’Histoire, la vraie de ce site et qui sait, peut-être une  réponse aux questions que l'on se pose.

               Le bas-relief 

       corbu.jpg           bas-relief-ancien-1.jpg           gravure-1.jpg

                     M. Noël Corbu 
      Cette gravure (Estampes, Bibliothèque Nationale, Paris - tirée de la chronique de Nuremberg) nous apporte un élément de réponse, aux nombreuses questions et interprétations. La vie d'ermite que mena Marie Madeleine, inspira bon nombre d'artistes tels A.Dürer, La Tour, ou encore David Téniers le Jeune. Marie Madeleine est représentée transportée en extase 7 fois par jour, par six anges sur le Mont Pilon, ou dans sa grotte, souvent nue ou légèrement vêtue, avec une très longue chevelure qui peut la cacher partiellement. Dans la grotte, les objets habituels sont le crucifix et le crâne, comme dans de nombreux tableaux de Saint Antoine l'Ermite peints par David, Téniers le Jeune. Sur toutes ces représentations, sainte Madeleine prie les mains jointes, dans une attitude humble et très gracieuse.

 La tradition veut, que lors de sa retraite, Sainte Madeleine ne renouvela pas sa tenue vestimentaire qui tomba en quenilles et comme elle voulait rester décente, a sa demande, Dieu fit pousser une abondante chevelure jusqu'aux genoux.

  st-pilon.jpg gravure-2-1.jpg 
Ce paysage est celui du Saint-Pilon, sommet dominant la Sainte-Baume: porte et colonne étant les vestiges d'une chapelle aujourd'hui disparue.  L'auteur de ce bas-relief de l'autel de l'église de Rennes s'est vraisemblablement inspiré de l'imagerie de la sainte Baume pour réaliser son œuvre. La seule anomalie n'est pas dans la peinture, mais dans la moulure. Les mains de la sainte ne sont pas jointes, comme il est coutume de les représenter. Ces doigts sont entrelacés bizarrement. 

 

insription.jpg                                                                               
"Jésus, remède des blessures, seul espoir des pénitents par les larmes de Madeleine tu as effacé nos pêchés"      

 bas-relief.jpg  

 gp1-1.jpg  gp2.jpg     gp4.jpg 

  gp5.jpg

 

 

Date de dernière mise à jour : samedi, 12 Octobre 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×